fourrage
Actualité

Comment conserver les produits de fourrage pendant l’hiver ?

Selon des sondages réalisés en 2017, 57 % des éleveurs français ne sont pas favorables au pâturage hivernal. Par conséquent, les bovins resteront dans leurs enclos au cours de cet hiver. Cette situation peut cependant poser problème puisqu’il faudra toujours les nourrir avec un fourrage de bonne qualité. Pour y remédier, bon nombre d’éleveurs recourent à des techniques de conservation connues pour ne citer que l’ensilage ou l’enrubannage.

Conserver le fourrage : ce qu’il faut savoir

Le fourrage se fait rare en hiver à cause des conditions météorologiques défavorables à la pousse des végétaux. Cependant, laisser son cheptel paitre dehors peut rapidement être contre-productif. Cela pourrait nuire au bien-être des animaux et abimer les prairies. Cette situation encourage les éleveurs à entreposer le fourrage des mois à l’avance. D’ailleurs, deux techniques de conservation s’offrent à eux.

L’ensilage reste à ce jour la méthode la plus employée en élevage. Il s’agit principalement d’emballer de l’herbe fraichement fauchée dans un film plastique pour ensuite disposer le tout dans un silo. En privant la matière végétale d’oxygène et en contrôlant la température, on parvient à enclencher la fermentation du fourrage. En maîtrisant ces paramètres, on réussira à conserver le pâturage pendant plusieurs mois.

L’enrubannage consiste quant à lui à empaqueter les fourrages en balles de sorte à faciliter leur stockage. L’enrubanné se rapproche de la consistance du foin avec un taux de matière sèche supérieure à 50 %. Ce produit est hautement nutritif. Voilà pourquoi on le sert au bétail pour écarter tout risque de carence nutritionnel.

Quoi qu’il en soit, la conservation du fourrage exige une parfaite maîtrise de ces deux techniques ainsi que l’utilisation d’un film ensilage fiable. Pour se procurer cet emballage d’un autre genre, il suffit de contacter un spécialiste du plastique agricole comme Bache agricole.

Les points essentiels pour bien conserver le fourrage

L’ensilage et l’enrubannage sont des techniques de conservation bien plus complexes qu’on ne le pense. L’éleveur doit effectivement prendre en compte de nombreux critères pour produire un fourrage de bonne qualité. Il faudra avant tout choisir le meilleur moment pour procéder à la fauche. On veillera à récolter des jeunes pousses pour maîtriser bien plus facilement la fermentation. À n’importe quel stade du processus, on contrôlera aussi le taux de matière sèche afin d’obtenir du fourrage vert ou sec selon les besoins. Les éleveurs doivent surveiller l’évolution du pH de sorte à limiter les pertes. En milieu anaérobie, un PH basique favorisera le développement des micro-organismes néfastes.

Quoi qu’il en soit, tous les efforts investis ne mèneraient à rien sans un emballage hermétique. Dans ce contexte, le choix du film d’enrubannage ou d’ensilage sera également essentiel pour le stockage de fourrage de haute qualité. Pour protéger sa récolte, il vaut mieux se tourner vers des produits plastiques conformes à toutes les normes en vigueur. Aujourd’hui, chacun a la possibilité de se procurer ces matériels en sollicitant des fournisseurs spécialisés. Ces derniers sont désormais présents sur internet afin que tout le monde puisse les contacter facilement.

 

 

 

 

 

 

 

Related posts

Tout savoir sur l’entretien des équipements destinés au stockage des hydrocarbures

Odile

Comment bien choisir son coiffeur sur Paris ?

Journal

Comment bien choisir son fournisseur de mobilier urbain design ?

administrateur

Leave a Comment